Le mot du maire

Chères Bouinaises, Chers Bouinais,
Chers Époyens, Chères Époyennes,

Ce premier trimestre s’achève marqué par une météo capricieuse, d’importantes précipitations et quelques coups de vent. Après les fugaces moments de liberté procurés par les fêtes de Noël, les masques, gels et regards vissés sur la montre pour respecter le couvre-feu nous ont rapidement rappelé la réalité : il y a presque un an, notre pays connaissait son premier cas de Covid et, comme toutes les communes de France, Bouin vit à l’heure des décisions sanitaires imposées par la pandémie.

L’espoir est né avec la mise en place de la vaccination. Si les prémices ont été chaotiques, elle a trouvé aujourd’hui son rythme de croisière. En fonction des approvisionnements, le centre de vaccination de Challans en accélère le rythme afin de protéger les plus fragiles. Les professionnels de santé prennent peu à peu le relais pour vacciner à leur tour les moins de 75 ans ; qu’ils soient ici remerciés pour leur investissement et leur dévouement.

Ce début d’année aurait dû être marqué par les traditionnels vœux auxquels nous sommes attachés. À défaut d’avoir pu les formuler, je voudrais saluer le travail des agents et des élus qui, malgré de multiples difficultés, arrivent à mener à bien leur mission pour garantir un service public de qualité.

Les orientations budgétaires du début de l’année permettent d’évoquer les projets en cours et à venir. Après l’ouverture de la médiathèque en février, il faut penser le futur : le projet de conversion de l’ancienne poste en logements pour saisonniers est en bonne voie de réalisation, comme celui du réaménagement de la pointe des Poloux et de la Place de l’Église.

Les travaux de voirie et la transition énergétique des bâtiments communaux demeurent également des postes de dépenses importantes mais indispensables.
Les commissions municipales se réunissent régulièrement ; elles travaillent sur les projets portés par la municipalité. Les réunions mensuelles de la commission Urbanisme permettent de prendre conscience des difficultés liées à l’aménagement du territoire. L’attente de la validation du Plan Local d’Urbanisme intercommunal nécessite beaucoup de patience pour voir aboutir les très nombreuses demandes, dont la décision finale – règlement national d’urbanisme oblige – appartient à l’État en l’absence de règlement territorial. La protection contre la mer réclame toute notre vigilance. Grâce à l’accompagnement de l’État, de la Région, du Département et de notre Intercommunalité, les travaux de la digue du Dain vont enfin pouvoir reprendre. À ces travaux s’ajoute également un réaménagement de la calle de la Couplasse financé par les mêmes partenaires.

L’ensemble de ces projets est gage du souci de la municipalité d’être à votre service ; quant à leur réalisation, elle renforcera l’attractivité de notre territoire. Avec le printemps qui annonce de longues journées ensoleillées, je fais le vœu que la vie puisse reprendre rapidement son cours normal et que les associations puissent retrouver pleinement la liberté de leurs actions.

Enfin, je voudrais rendre hommage à nos commerçants, artisans, entrepreneurs qui subissent de plein fouet cette crise. Si certains secteurs s’en sortent mieux que d’autres, il faudra être tous présents aux côtés de nos restaurateurs, cafetiers, hôteliers et soutenir l’ensemble des activités liées au tourisme. Dans les limites de nos possibilités, nous faisons tout pour les accompagner.

Gardons confiance en l’avenir,

 

Thomas Gisbert
Maire de Bouin
Vice-Président de Challans Gois Communauté