Mémé les watts en concert à Bouin

Mémé les watts en concert à Bouin

Porté par l’infatigable colporteur Pierre Bouguier, le projet a de l’allure. Le point de départ est déjà sérieux : on dépoussière des standards qui faisaient vibrer nos aïeux au temps de ta TSF, des chansons cachées dans un coin de notre mémoire collective, et on fait chanter la foule. On reconnaît là, la fibre sociale de Pierre qui arpente depuis des années avec un égal enthousiasme les scènes de concerts, les écoles ou les maisons de retraite.

Mais Mémé les Watts, ce n’est pas que du bidon. Le propos va plus loin. Musicalement parlant, l’arrivée d’un bassiste-saxophoniste inspiré et d’un batteur pour soutenir le duo d’origine, donne une envergure surprenante aux morceaux. Le quatuor propose don reprises sensées : celles qui transforment la chanson d’origine tout en restant fidèle à son esprit. Ainsi, « Rossignol de nos amours »‘ (Luis Mariano) est rehaussé à la sauce caribéenne, tandis que « La Tactique du gendarme » (Bourvil) révèle des arômes funk insoupçonnés. Et finalement évidents.

Mémé les watts nous permet de (re)découvrir ces textes profonds ou tendres : la douce nostalgie « d’Histoire de Roses » (Robert Lamoureux) et la faussement joyeuse « Je chante » (Charles Trenet). Ces tubes d’alors redeviennent des tubes d’aujourd’hui, entêtants. Et je remets le sooon !